Expositions

Table des matières

Cartel

?

Affichage non optimisé : attention, ce site web est optimisé pour les écrans larges et risque de mal fonctionner sur mobile.

Saisir l’économie par le(s) sens

Une approche critique et sorcière de la visualisation de données économiques par le design

Thèse présentée par Fabrice Sabatier

En vue de l’obtention du grade académique de docteur en Art et sciences de l’art. Année académique 2021-2022.

Sous la direction du Professeur Hugues Bersini (Université libre de Bruxelles) et du Professeur Giampiero Caiti (École de recherche graphique). Composition du jury : Rika Devos (Université Libre de Bruxelles, Présidente), Thomas Berns (Université Libre de Bruxelles, Secrétaire), Laurence Allard (IRCAV-Paris 3/Lille 3), Lucile Haute (Unîmes-Projekt/ École des Arts Décoratifs de Paris), David-Olivier Lartigaud (ESAD Saint-Étienne-Random(lab)).


Résumé

La recherche interroge, par la création de projets de design et par une thèse écrite, le rôle et le pouvoir de la visualisation de données dans l’approche des problématiques économiques. Dans cette étude critique et théorique, je me demande d’abord en quoi les visualisations de données qui construisent des accès aux informations et aux questionnements économiques façonnent des représentations et des comportements singuliers. Je fais l’hypothèse que les « technologies intellectuelles » (Goody) qui rendent visibles ces données – les diagrammes, les réseaux, les cartes – ont construit depuis le début du XIXe siècle, une vision particulièrement étroite, désincarnée et dépolitisante de l’économie. Cependant, le design dispose de moyens favorisant, dans certaines conditions, la réappropriation des sujets économiques par les non-expert·e·s. Il s’agit alors de comprendre, en étudiant l’évolution de ses méthodes, la nature du régime contemporain de visualisation des phénomènes économiques, que je qualifie de néolibéral, et d’explorer ensuite les espaces d’intervention du design où des alternatives peuvent se déployer.

Dans un second temps, au-delà de décrire, de comprendre ou de faire comprendre des phénomènes économiques, il m’a semblé que le rôle du design dans la visualisation de données était d’opérer des actes de « saisie » : saisir les données et les phénomènes, sur le plan cognitif, pour les comprendre ; mais aussi saisir les phénomènes économiques, dans leur sens, leur signification et leur raison d’être, le sens de l’économie et les objectifs qu’elle poursuit ; enfin, saisir par les sens, sur le plan sensoriel et sensible, en nous rappelant qu’au-delà de l’œil et de la vue, c’est le corps tout entier qui peut opérer la saisie. Ne parvenant pas à saisir l’économie, en me concentrant sur la performance cognitive ou communicationnelle des visualisations de données, l’hypothèse d’une « emprise sorcière » (Stengers et Pignarre), s’est alors imposée comme un terrain d’expérimentation fécond et comme une clé de lecture précieuse pour positionner, dans mon travail, l’imagination, les corps, les sens, les représentations mentales en tant qu’éléments essentiels pour penser l’économie. La magie qui habite nos rapports à l’économie m’oriente d’abord vers le pouvoir de rendre visible l’invisible, que détiennent les visualisations de données, et m’amène à questionner leur puissance liée à leur nature d’image. J’esquisse ensuite, avec la magie des liens (Bruno), une théorie de la visualisation comme pouvoir de relier et introduit la méthode des microcosmogrammes. Enfin, avec la sorcellerie, c’est la capacité à rendre tangible l’impalpable qui est examinée et confrontée au concept de désorcèlement (Favret-Saada), d’où j’extrais des principes méthodologiques et un questionnement sur la figure de la ou du designer-désorceleur.

Mots-clés : design, visualisation de données, économie, sorcellerie, études visuelles


Abstract

Through the creation of design projects and a written thesis, the research questions the role and power of data visualisation in the approach to economic issues. In this critical and theoretical study, I first wonder how data visualisations that construct access to economic information and issues, shape specific representations and behaviours. I hypothesise that the 'intellectual technologies' (Goody) that make these data visible – charts, diagrams, networks, maps – have built a particularly narrow, disembodied and depoliticising view of the economy since the early nineteenth century. However, under certain conditions, design has the means to encourage the reappropriation of economic subjects by non-experts. I try to understand, by studying the evolution of its methods, the nature of the contemporary regime of visualisation of economic phenomena, which I describe as neoliberal. I then explore the design spaces where alternatives can be deployed.

Secondly, beyond describing, understanding or making economic phenomena understood, it seemed to me that the role of design in data visualisation was to allow to grasp: to grasp data and phenomena, on a cognitive level, in order to understand them; but also to grasp economic phenomena, in their meaning, their significance and their raison d'être, the meaning of the economy and the objectives it pursues; finally, to grasp through the senses, on a sensory and sensitive level, reminding us that beyond the eye and the sight, it is the whole body that can carry out the grasping. As I was unable to grasp the economy by focusing on the cognitive or communicative performance of data visualisations, the hypothesis of a 'sorcerer's capture' (Stengers and Pignarre), became a fertile field of experimentation and as a precious key to understanding. It has allowed to position, in my work, imagination, bodies, senses and mental representations as essential elements for thinking about the economy. Firstly, with the magic that inhabits our relationship to the economy, I focus on the power of data visualisations to make the invisible visible, and then I question their power linked to their nature as images. Then, with the magical bondings (Bruno), I sketch a theory of visualisation as a power to bind and introduce the method of microcosmograms. Finally, with witchcraft, it is the capacity to touch the impalpable that is examined and confronted with the concept of unbewitching (Favret-Saada), from which I extract methodological principles and a questioning of the figure of the designer-unbewitcher.

Keywords : design, data visualisation, economy, witchcraft, visual studies

À propos du site

Ce site est développé en HTML5 et JavaScript et utilise les bibliothèques Three.js, Markdown.js, jQuery et Panzoom.
Il n’est, à ce jour, pas adapté à la navigation sur tablette et smartphone.
Le code source du site est placé sous licence libre CC BY-NC-SA 4.0.
Ce site a été développé par Damien Baïs (damien@corp-lab (dot) com). Je le remercie chaleureusement pour cette aide précieuse, ainsi que le Random(lab), dans le cadre duquel il a travaillé.

Les documents iconographiques présents sur ce site sont mobilisés à des fins de documentation ou de démonstration, hors toute exploitation commerciale. Les auteurs sont en droit de demander de supprimer les éléments qui leurs appartiennent.

Le caractère Faune utilisé dans ce site a été créé par Alice Savoie dans le cadre d’une commande du Centre national des arts plastiques en partenariat avec le Groupe Imprimerie Nationale. La famille de caractères Faune est téléchargeable et utilisable librement, par tou·te·s, de façon privée ou professionnelle, sous licence Creative Commons CC BY-ND 4.0. https://www.cnap.fr/sites/faune/

Contact : contact@fabricesabatier (dot) com


Remerciements

Je tiens à remercier mes directeurs de thèse Hugues Bersini et Giampiero Caiti pour leur confiance, leur patience et la grande liberté qu’ils m’ont accordées. Je remercie aussi David-Olivier Lartigaud et Thomas Berns qui ont complété mon comité d’accompagnement et ont toujours répondu présents. Merci, enfin, à Laurence Allard, Lucile Haute et Rika Devos d’avoir accepté de lire et d’évaluer mon travail.

Je remercie également Stefano Battiston, ainsi que les membres du SIMPOL et du DOLFINS projects, pour les échanges et les partages d’expériences qu’ils m’ont offerts. Merci aussi au random(lab) de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne pour son accueil et l’aide que ses membres ont su m’apporter. Merci au laboratoire Iridia de m’avoir offert un espace et un environnement de travail et à l’ERG un espace d’exposition et d’échanges.

Je souhaite remercier chaleureusement les fabuleux·euses membres, passé·e·s et présent·e·s, du laboratoire sauvage de recherches expérimentales Désorceler la finance. Merci pour les discussions enflammées et les actions stimulantes, pour votre énergie, votre générosité et votre intelligence qui m’ont fait déborder de liens. Un merci spécial aux cofondatrices du Laboratoire : à Emmanuelle Nizou qui, en plus de son écoute exquise, a fini par véritablement incarner pour moi le rôle de la bibliothèque parlante et m’a tendu des livres, les bons, au bon moment ; à Aline Fares qui a toujours su me rappeler pourquoi je tenais à ce travail, pour son soutien, sa bienveillance, son savoir rassurant ; à Camille Lamy qui est un modèle de designer-désorceleuse, l'incarnation de l'alliance du savoir et du pouvoir d'agir ; à Luce Goutelle qui a su m’amener sur des terrains où je ne me sentais pas légitime, dans des activités dont je ne me sentais pas capable et m’a ouvert des possibles. Merci aussi à Jean-Baptiste Molina, Amandine Faugère, Vincent Matyn, Émilie Siaut et tou·te·s les autres.

Un immense merci à Théo Bourgeron pour ses suggestions, sa relecture aussi précieuse que rigoureuse et le soutien qu’elle a représenté. Merci aussi à Camille Châtelaine, Laura Quidal et Aline Fares pour leur temps et leur contribution aux relectures. Un immense merci également à Damien Baïs pour son travail considérable de programmation du site web consacré à cette thèse et à l’exposition virtuelle, pour son amitié et son soutien.

Je remercie Vincent Gobber, et à nouveau Damien Baïs, car c’est le travail avec eux dans l’atelier de création graphique .CORP qui m’a initié à la visualisation de données. Et merci à Kader Mokaddem qui, le premier, m’a fait découvrir les textes qui m’ont donnés envie d’entreprendre cette recherche.

Merci à toutes les personnes avec qui j'ai discuté de mon travail et que je ne peux pas nommer ici. Merci aux ami·e·s qui ont été présent·e·s durant toutes ces années et à qui je dois beaucoup, notamment Franck.

Je remercie enfin ma famille, mes parents, mon frère et ma sœur pour leur présence et leurs attentions qui m’ont donné la confiance et la force d’aller au bout. Enfin, et surtout, merci à Michaël pour son soutien indéfectible, pour m’avoir accompagné, porté quand c’était difficile, pour m’avoir écouté et rassuré, toujours. Vous avez été les plus important·e·s.